MOA : CDC //

REHABILITATION DE 116 LOGEMENTS – RESIDENCE LE CROISY – COURBEVOIE

Le projet s’inscrit dans le cadre urbain d’un ensemble d’immeubles de R + 6 à R + 10 formant un quartier à la fois assez dense et aéré s’étendant sur quelques rues, au pied du quartier de la Défense. Leur architecture s’exprime sous la forme de grandes façades plutôt régulières, mais animées par des redents, des décrochés, des jeux de balcons, des bow-windows, des courbes. La pierre agrafée y est majoritaire ; on trouve aussi des calepinages de céramique et des jeux d’enduits. Les tonalités claires et le « ton pierre » sont majoritaires.
Dans ce contexte, la résidence Le Croisy présente l’aspect d’un bâtiment de bonne facture et d’une certaine qualité architecturale que nous avons souhaité préserver, voire renforcer, tant du point de vue des matériaux à utiliser que du dessin de ses façades.
La façade « principale » Est du bâtiment, sur l’avenue du parc, est actuellement constituée, en partie basse sur deux niveaux, de pierre agrafée et d’ensembles de panneaux vitrés. Les autres niveaux sont constitués de panneaux préfabriqués. Un grand porche d’entrée prend place au centre de la façade.
En ce qui concerne le porche d’entrée avec son hall, qui présente actuellement un aspect plutôt valorisant pour l’habitat social, notre intention est d’en conserver l’esprit, et de l’étendre à toute cette partie centrale, en reproduisant le même langage de matériaux, par un mélange équivalent de panneaux boisés en partie inférieure et parements de façade en verre feuilleté sablé (« Lite-Point » de chez Saint-Gobain) en partie haute.
Le bow-window central au-dessus du porche et les poteaux qui le soutiennent seront habillés en pierre grise ; les poteaux seront « rectangularisés », et non plus circulaires.
Le grand escalier montant à gauche du hall , qui est souvent squatté, sera emmuré, avec une porte de sortie de secours pour l’école.
Le traitement de la tour placée en partie sud, élément important en forme de « signal » dans la perception générale du bâtiment depuis la rue, sera renforcé, en plus d’une expression en continuité avec la façade principale, par un habillage en sous-face de sa casquette par du bois (non exposé aux U.V. ni à la pluie, il conservera sa stabilité chromatique).

Nous proposons de mettre en place un équivalent en « pierre reconstituée » (auto-nettoyante par photocatalyse) blanche ou grise ; aux étages supérieurs, les parties existantes constituées de panneaux préfabriqués seront elles traitées en enduit, lui aussi auto-nettoyant par photocatalyse.
Haut de page