Concours sept 2019
Equipe : Jahel, Ent Boyer, BET LGX
SHAB : 2096 m²
SDP : 2 225 m²

Conception de 36 logements locatifs sociaux – Melun

L’affectation principale est l’habitat, auquel viennent s’ajouter des services correspondant aux besoins des résidents.
Une insertion « en douceur » dans le contexte urbain, d’une part en s’implantant dans l’îlot sans gêner le voisinage immédiat (retraits par rapport aux limites séparatives), et d’autre part en présentant une volumétrie respectueuse du quartier (fractionnement en volumes d’échelle réduite, en rappel à la morphologie pavillonnaire du quartier), qui évite tout « effet de masse », en particulier sur la rue.
Afin de minimiser l’impact des bâtiments projetés, nous n’avons volontairement pas utilisé la possibilité offerte par le PLU de monter la volumétrie au maximum à R+3 en toiture-terrasse. La hauteur du bâti, surtout sur la rue Gatelliet, a été minimisée le plus possible, pour respecter la volumétrie basse des constructions voisines.
Le projet articule deux corps de bâtiments en « T », traduisant son organisation en deux cages distinctes et clairement séparées, tant par leurs accès que par leur implantation. Il s’agit d’une solution de plan de masse où chacun des bâtiments est autonome. Les locaux communs (local poubelles et locaux vélos) sont quant à eux externalisés permettant une facilité de fonctionnement et une réduction des nuisances qui y sont liées.
Les niveaux R+1 et R+2 sont identiques (étage courant) quant au dernier étage, bien que traité en comble, permet de développer des logements agréables et fonctionnels.
La morphologie générale des bâtiments, malgré les jeux de volumes variés qu’ils présentent, reste simple, en superstructure comme en infrastructure.
Le projet étant situé dans le périmètre de protection des monuments historiques, nous avons prêté une attention particulière à la qualité architecturale des bâtiments proposés et au respect de l’identité de la zone.
Dans l’optique d’une bonne intégration au quartier, les façades sont découpées et séquencées par des jeux de redents, toitures, pignons, larges chien-assis, avec une ligne de ciel animée, dans un esprit « maisons de ville » plutôt qu’« immeuble collectif ».
Les matériaux choisis pour les vêtir, nobles et traditionnels, œuvrent dans le même sens, par leur qualité et leur pérennité : brique claire, bois, couverture métallique à joint debout, volets battants en aluminium apportent une image d’élégance et de sobriété. Les façades en enduits sont quant à elles soulignées par un encadrement de fenêtres de teinte plus soutenue rappelant les constructions avoisinantes.
Haut de page